mardi 23 avril 2013

Le Feng Shui : un chemin qui mène au "bonheur"

Pratiquer le Feng Shui c'est être conscient que de la qualité de notre environnement nait notre mieux-être.

Plus on est en relation avec notre intérieur,  à l'écoute de ce que tout ce qui le compose nous renvoie, plus on met de chances de notre côté de composer un univers mélodieux et bon pour nous.
 Les choix posés seront justes et nous nous sentirons soutenus par eux.

Less is more disent les anglais. Moins on compensera ses manques, moins on cherchera à rassurer ses peurs par des achats d'objets compulsifs, plus nos univers seront justes, des nids douillets, nos alliés pour une vie emplie de quiétude.

Ainsi j'invite mes clients à se laisser aller à leurs ressentis, à ne plus chercher à être trop bons élèves. Faire confiance à son intuition et se connecter à ses 5 sens. Qu'est-ce que je ressens dans cette pièce au juste ? Me procure-t-elle une sensation d'étouffement ? Est-ce que l'odeur est agréable ? Pour cela, allez faire un tour à l'extérieur et en conscience, rentrez chez vous et ne faites que sentir, comme si c'était la première fois.

Chaque geste, chaque action entrepris dans la conscience que notre vraie nature se trouve dans l'être et non dans l'avoir est en lui-même du bonheur, du plaisir.

Lorsque l'on découvre que nos intérieurs ont cet impact sur nous, sur notre autre intérieur (notre âme, notre essence profonde) (ou que notre intuition de cette relation étroite entre les deux intérieurs est confirmée et qu'elle porte un nom : Feng Shui), on peut ressentir, comme cela a été le cas pour moi il y a une vingtaine d'années, une grande joie.

Pour moi, le Feng Shui est un chemin qui mène au bonheur. Il est un peu de mon bonheur.

"Le bonheur n'est pas au bout du chemin. Le bonheur est le chemin". Proverbe tibétain


mardi 16 avril 2013

Le Feng Shui et l'amour inconditionnel




"Pendant 12 ans, on a fait chambre commune mais rêves à part". Cette citation de Michel Audiard m'inspire qu'il est difficile de faire rimer amour, partage, échanges, complicité avec longévité ...

Les raisons sont multiples et on les connait par coeur. Le désir s'émousse, les occupations, les préoccupations prennent toute la place. Enfin, celle qu'on lui laisse ... car  nos chambres à coucher sont déjà encombrées : elles sont tout à la fois nos greniers, les annexes de nos bureaux, nos espaces télé. 

Alfredo Eiguer dit que nos intérieurs sont le reflet de notre âme. Nos chambres à coucher sont le reflet de la considération que nous avons pour notre intimité, pour nous-même.

Cette pièce n'est "qu'à" nous. Alors ce n'est pas grave ...  

Lorsque nous recevons des amis chers, nous parons nos lits de leurs plus beaux atours, nous rangeons le désordre, nous pouvons même orner les tables de nuit de jolis bouquets de fleurs fraîches.
Cela me rappelle un passage du livre d'Alexandre Jollien "petit traité de l'abandon" (un bijou de livre, tout comme l'homme qui l'a écrit d'ailleurs) (ou était-ce dans une de ses allocutions). Il se plaint de ce corps qui ne lui obéit pas, il se moque de lui, se fâche et se rabaisse. On l'interroge : si c'était ton fils qui se montrait maladroit, lui jetterais-tu la pierre ? Te moquerais-tu de lui ? Sa réponse fut non, bien évidemment : "je le réconforterais, je l'encouragerais, je soulignerais tous ses progrès". Alors, lui dit son ami : "pourquoi n'as-tu pas envers toi-même cette même compassion, ce même amour inconditionnel" ?
Offrons-nous la même douceur, la même sollicitude que nous le faisons pour ceux que l'on aime ...

 Le Feng Shui nous indique un chemin : accepter l'effet miroir de nos intérieurs sur nous-même, sur notre état d'esprit, nos ressentis. De fait, les utiliser ces intérieurs comme des outils de mieux-être, des stimulateurs de complicité, de tendresse voire de passion.

Ainsi, posons-nous la question de la légitimité du capharnaüm, des photos de nos enfants autour de notre lit, de la télévision, des odeurs de poussière .
Nous devenons ce qui nous entoure. Nos pensées sont aspirées par les photos ainsi que toutes les représentations présentes autour de nous. Une femme triste, seule vous renverra des idées de tristesse et de solitude, de "rêves à part" pour reprendre la citation de Michel Audiard.

Privilégiez les teintes claires, douces : le vert clair, le rose poudré, le beige, le gris clair. Le bleu est à utiliser avec modération car il éteint l'amour, il est trop lénifiant. 
Aérez l'espace. Utilisez des brumes d'oreiller à base d'Ylang-Ylang qui est utilisé dans les chambres à coucher des jeunes mariés en Indonésie pour leurs vertus aphrodisiaques.
Préférez les matières naturelles pour vos draps. Ayez toujours deux parures nettes et soyeuses.

Un dernier conseil : à partir de votre date de naissance et de votre sexe, vous allez pouvoir déterminer vos 4 orientations favorables parmi les 8 orientations cardinales allant du nord au sud, en passant par l'ouest etc .... Information capitale au moment de choisir sa chambre dans la maison et de positionner son lit. Ce calcul que vous pouvez faire via le site d'HarmoniZen à la rubrique "calcul du chiffre Kua" vous indique entre autres VOTRE direction de l'amour, du couple, des rencontres heureuses. Après avoir obtenu cette information, choisissez votre chambre et placez votre lit.


Allongé dans le lit, il convient d'avoir à la fois la tête placée dans une direction favorable et d’avoir face à soi une orientation favorable.
Dans le cas d’un couple qui n’aurait pas les mêmes bonnes directions, l’un (ou l’une) dormirait avec la tête dans une direction correcte  et regarderait en direction d’une orientation moyennement favorable. Pour l’autre, ce serait l’inverse : il ou elle dormirait la tête dans une direction qui lui sera moyennement favorable mais regarderait en direction d’une de ses quatre meilleures orientations.

Prendre soin de sa chambre à coucher est une délicatesse que l'on a pour soi et pour celle ou celui qu'on aime ou pour les moins romantiques d'entre nous, un investissement sur le long terme ...

Que l'amour soit avec vous partout et en tout temps !